Publius

Comment financer un investissement locatif?

Les investissements dans des propriétés louées peuvent être payés en espèces. Dans ce cas, vous devez payer la propriété et la laisser sortir pour percevoir le loyer. Pour effectuer cette opération, vous devez disposer des fonds nécessaires. Après avoir acheté et loué un logement, vous recevrez un loyer. Ceux-ci peuvent augmenter vos revenus et sont soumis à l’impôt. Autre possibilité: recourir à l’emprunt est une arme magique, notamment du point de vue fiscal.

Le crédit amortissable

Vous pouvez rembourser le capital et les intérêts en même temps. Cette formule convient tout à fait aux investisseurs traditionnels, c’est-à-dire aux investisseurs qui sont perçus à un taux d’imposition moyen. Avec les prêts amortissables, le remboursement du capital sera étalé dans le temps . Votre paiement mensuel comprend une partie capital et une partie intérêts, ainsi qu’une assurance décès et invalidité. Vous avez payé plus d’intérêts au début du prêt. Ensuite, vous rembourserez progressivement de plus en plus de capital. Par conséquent, au cours des premières années, il est plus important de déduire les intérêts des revenus de la propriété. Intégrez ces données à votre plan de financement. Au fur et à mesure que la part des intérêts déductibles diminue avec le temps, l’optimisation fiscale liée à cette déduction perd progressivement de son efficacité. Pour en savoir plus sur la façon dont on peut gagner rapidement un crédit amortissable, il est préférable de se former à des formateurs en investissement comme Yann Darwin

Le crédit in fine

Lorsque le prêt est remboursé, vous pouvez rembourser les intérêts mensuellement et rembourser le capital en une seule fois à la fin de l’opération. Par conséquent, par rapport à un prêt amortissable, la mensualité est moins élevée car elle ne comprend que les intérêts et les primes d’assurance. Vous effectuez un paiement unique à compter de la date de début du contrat. Les intérêts sont calculés sur la base de la totalité du capital de la totalité du prêt. Par conséquent, ils sont plus importants. De cette façon, dans tout le processus de remboursement, la déduction des intérêts est la plus importante. Si vous possédez déjà des actifs loués, vous pouvez réduire l’ensemble de l’assiette fiscale. Cette formule optimise la fiscalité de l’investissement locatif et augmente ses revenus.

In fine : un prêt associé à un placement

Avec un prêt amende, vous devez être en mesure de rembourser le montant total des fonds à la date d’échéance. Par conséquent, le crédit est lié à l’investissement. L’assurance-vie est la plus courante. Le moment venu, il sera calibré pour atteindre la somme nécessaire. En règle générale, les banques exigent un acompte d’au moins 30% du montant de l’investissement immobilier d’assurance-vie. Vous devez économiser de l’argent sur ce support chaque mois. Si vous en avez la capacité, rien ne peut vous empêcher d’investir dès le départ tous vos fonds empruntés en assurance-vie.

Zoom sur le parrainage d’entreprise

Zoom sur le parrainage d’entreprise

Lorsque les organisations à but non lucratif approchent des partenaires commerciaux potentiels pour parrainer un événement, elles invoquent généralement deux avantages clés pour le parrainage : les avantages promotionnels pour le sponsor et la manière dont l’argent aura un impact positif sur la communauté locale. Un troisième avantage est qu’il donne aux entreprises la possibilité de faire participer les employés à la communauté. Tout cela semble être gagnant / gagnant, mais en réalité, ce n’est pas toujours le cas.

Commençons par les petites entreprises

Les petites entreprises ont généralement peu ou pas de fonds discrétionnaires dans leurs budgets. Au lieu de cela, la majeure partie du budget est consacrée à la paie, aux stocks et aux coûts opérationnels. Et selon le montant dépensé pour ces éléments de campagne, il ne reste plus grand-chose pour le marketing et encore moins pour les dons de la communauté. La ligne du bas est la suivante ; l’argent que les propriétaires de petites entreprises ont alloué au marketing doit montrer un retour sur investissement, et cela est également vrai pour les commandites d’événements.

Un package de parrainage à but non lucratif n’est légalement pas censé donner à une entreprise plus d’avantage promotionnel que ce qui est donné à un donateur. Lorsque nous examinons les opportunités de parrainage pour des événements à but non lucratif, la plupart des petites entreprises sont plus enclines à acheter les opportunités de parrainage à faible coût. L’IRS limite le type de promotion que les sponsors peuvent recevoir, de sorte que les niveaux de parrainage à faible coût incluent généralement des tactiques telles qu’un logo et un lien vers le site Web de la petite entreprise, mettre le logo du sponsor sur un programme ou enterrer le logo avec 10 à 20 autres logos d’entreprise sur une bannière. Par conséquent, bien que votre événement de collecte de fonds à but non lucratif puisse attirer de 500 à 1 000 personnes, les opportunités de parrainage à faible coût ne génèrent généralement pas de revenus ou de prospects pour les sponsors. C’est une vente difficile.

Examinons maintenant les moyennes et grandes entreprises

Ces entreprises disposent de fonds plus discrétionnaires, nous pensons donc naturellement qu’elles sont plus susceptibles d’acheter des commandites de niveau supérieur. Cependant, ce n’est pas souvent le cas. Il est attrayant pour les grandes entreprises de pouvoir faire une différence dans la communauté, mais ces entreprises comptent également de nombreux organismes sans but lucratif qui se disputent leurs dons ou un Code parrainage coinbase comme exemple. Donc, ce qui finit par arriver, c’est qu’ils ont tendance à aider autant d’organismes à but non lucratif que possible en achetant des niveaux de parrainage plus petits.

D’un autre côté, lorsqu’une grande entreprise apporte une contribution plus significative, c’est souvent à une organisation à but non lucratif qui peut générer une exposition médiatique et relève donc du « marketing de cause ». Dans ce cas, il est normal que l’organisation à but non lucratif ne puisse proposer que des promotions limitées, car l’équipe marketing de l’entreprise peut rechercher elle-même une couverture médiatique et d’autres promotions importantes.

Le marketing de cause s’est développé au cours des dernières décennies parce que les consommateurs sont plus préoccupés par la responsabilité sociale et qu’ils sont attirés par les entreprises qui s’efforcent de faire une différence, et pas seulement de gagner de l’argent. Mais ne vous y trompez pas ; l’entreprise en tire beaucoup d’avantages promotionnels. Avec le marketing de cause, nous voyons généralement des entreprises s’associer à des organisations à but non lucratif de haut niveau dans le but de choisir une cause qui résonnera avec la majorité de leur public. Alors maintenant que vous savez à quoi vous devez faire face alors que vous essayez de trouver des sponsors d’événements, que pouvez-vous faire pour améliorer vos efforts ?

Les avantages de l’assurance vie

L’assurance de vie est un contrat d’assurance qui aboutit au versement d’une rente au souscrit ou à ses bénéficiaires. Elle constitue ainsi un moyen de placer de l’argent. Elle est soumise au prélèvement Forfaitaire Unique. L’assureur est tenu du devoir de conseil et doit accompagner et informer son client dans ses démarches. Il y a donc des nombreuses informations bonnes à savoir a ce sujet pour mieux profiter de nombreux avantages qu’elle offre à ses abonnées. Nous allons découvrir cela en ce texte.

Pourquoi miser sur l’ assurance vie ?

L’assurance vie présente de nombreux avantages pour l’assuré. Elle vise une valorisation des capitaux, un apport de revenu complémentaire et une meilleure transmission du patrimoine. Pour profiter des meilleures offres, il est recommandé de consulter le classement assurance vie. Car il faut savoir que les avantages à profiter dépend également de vos attentes, des offres existantes, et de nombreux autres facteurs que vous devez considérer. Mais connectbanque – un des fournisseurs, offre un large choix aux assurés, leur permettant de choisir selon ses besoins en ce domaine.

Un placement adapté aux attentes

Le placement en assurance vie peut se faire sur des obligations ou des actions. Elle offre le choix entre une garantie de sécurité et un investissement à risque plus productif. L’usager est libre d’opter pour ce qu’il estime être la meilleure assurance vie selon leur propre qualification et leur besoin.

Au sein d’une entreprise, ouvrir une assurance vie est essentiel pour l’obtention de prêt. En cas de décès de l’assuré, la somme est répartie entre les actionnaires et contribue au financement du passif d’impôt. Cette option prévient aussi contre l’accès aux actions d’héritiers indésirables.

Pour l’individu, l’assurance vie est source d’un complément de revenu, et un outil de transmission de patrimoine pour la famille. Elle ne peut être qu’un avantage pour ses bénéficiaires.

Une fiscalité très profitable

Les prélèvements fiscaux sur l’assurance vie régressent avec le temps. Ils sont évalués à 35 % au cours des 4 années qui suivent la souscription. Ils baissent jusqu’à 15 % au bout de huit ans. Au-delà de cette période, l’assurance vie est exempte de fiscalité. Il est aussi à noter que les dits impôts s’appliquent sur les gains et non sur l’ensemble du capital.

Une utilisation souple

On a tendance à croire que l’assurance vie ne sert qu’en cas de décès. Pourtant, il s’agit d’un fonds disponible pour le propriétaire. Ainsi, elle peut servir à dépanner tant l’entreprise que le foyer en difficulté financière.

En plus, le versement du capital peut s’effectuer de différentes manières. Il peut être unique à la souscription, par tranches régulières ou selon les disponibilités.

 

Une meilleure optimisation de la transmission du patrimoine

Les avantages en termes de transmission de patrimoine varient en fonction de l’âge du souscripteur. A partir de 70 ans, les droits de succession sur la fraction des primes dépassent les 30 000 euros. Ceux sur les plus-values sont exonérés. En cas de décès, les bénéficiaires conjoints ou ceux  liés par un PACS seront intégralement exonérés.

Dispositifs de défiscalisation exploitables dans le cadre d’un investissement en EHPAD

investissement-ehpad

Vous êtes à la recherche d’un bon placement immobilier pérenne et simple à gérer. Alors, l’investissement en EHPAD pourrait vous intéresser. Il consiste à acquérir un établissement qui accueille les personnes âgées dépendantes ou autonomes à la retraite ne pouvant plus vivre à leur domicile. Le logement doit absolument être meublé et des soins quotidiens y sont administrés aux seniors résidents.

Notez que l’investissement locatif réalisable peut concerner un EHPAD neuf ou un EHPAD d’occasion. Dans tous les cas, vous aurez à faire face à une fiscalité singulière répondant à des contraintes spécifiques. Il existe tout de même des dispositifs de défiscalisation pouvant permettre de réduire les impôts issus de la gestion de l’établissement.

Une défiscalisation possible avec la loi Pinel

Si vous investissez en EHPAD, vous avez la possibilité de réduire votre assiette fiscale en mettant à profit la loi Pinel. Celle-ci permet de diminuer vos impôts de 12 à 21 %, selon la durée de l’engagement locatif qui peut être de 6 ans, 9 ans ou 12 ans. L’investissement doit être relatif à un bien neuf qui bénéficie d’un label environnemental BBC 2005 ou RT 2012.

Il est également impératif que le bien immobilier fasse office de résidence principale. Avant d’entamer des démarches pour exploiter la loi Pinel dans le cadre de votre investissement en EHPAD, soyez sûr que l’établissement visé respecte les conditions d’éligibilité des zones géographiques. C’est aussi une nécessité de considérer les plafonds de ce dispositif.

En optant pour la loi Pinel, les économies d’impôt que vous réaliserez peuvent vous permettre d’investir ETF sur un marché boursier. Vous avez encore du temps pour profiter de ce dispositif de défiscalisation dont l’application a été prolongée par la loi de finances 2018 jusqu’à la fin de 2021.

Le statut LMP/LMNP pour bénéficier d’une fiscalité avantageuse en investissant en EHPAD

Votre investissement peut concerner un EHPAD d’occasion. Dans ce cas, pour bénéficier d’une fiscalité avantageuse, deux statuts s’offrent à vous. Il y a d’un côté le statut LMP (loueur meublé professionnel) et de l’autre le statut LMNP (loueur meublé non professionnel). Quel que soit celui que vous choisirez, sachez qu’il s’agit de deux statuts juridiques relatifs à la location meublée d’une habitation.

Ceux-ci permettent de bénéficier d’avantages fiscaux différents de ceux de la location nue concernant un investissement en résidence de services. Car la location meublée relève du régime des BIC (bénéficies industriels et commerciaux), tandis que la location nue concerne le régime des revenus fonciers et à la déclaration d’impôt sur le revenu.

Que vous ayez choisi le statut LMP ou le statut LMNP pour votre investissement en EHPAD, vous aurez droit à des impôts réduits. Pour ce qui est du statut LMNP, 3 critères essentiels doivent être respectés.

Le premier est d’acquérir un bien immobilier et de le destiner à la location meublée.

Le deuxième est d’être sûr que les recettes issues de votre activité de loueur de meublé seront inférieures à 23 000 euros HT par an dans votre déclaration d’impôt.

Le troisième et dernier critère est de vous assurer que les recettes de votre location meublée représentent moins de la moitié de la totalité de vos revenus fiscaux. Avec le statut LMNP, vous avez la possibilité d’amortir 80 % de la valeur de votre EHPAD hors taxes sur 15 à 20 ans.

Quant au statut LMP, il est bon de savoir que le code des impôts indique que pour l’obtenir, la location de logements meublés doit représenter une véritable activité professionnelle. Cela implique ainsi votre inscription au Registre du commerce et des sociétés. Le chiffre d’affaires annuel de votre activité de loueur en meublé doit aller au-delà des 23 000 euros TTC et représenter plus de 50 % de vos revenus totaux.

Pour faire le bon choix et bien comprendre les différentes stratégies d’optimisation qui se présentent à vous dans le cadre d’un investissement en EHPAD, le recours à un gestionnaire de patrimoine est vivement recommandé. À l’aide de ce professionnel, vous pourrez faire le point de votre situation patrimoniale, ce qui est idéal pour choisir la meilleure option.

Qu’est-ce que l’avoir fiscal ?

avoir-fiscal

L’avoir fiscal désigne un crédit d’impôt qu’un actionnaire peut déduire de l’impôt sur le revenu. Depuis 2004, ce mécanisme de crédit d’impôt a été supprimé et remplacé par un abattement de 50 %

Pour les actionnaires, l’avoir fiscal constitue un crédit d’impôt leur permettant d’éviter une double imposition :

  • Au niveau de la société, au titre de l’impôt sur les sociétés (IS)
  • Au niveau de l’associé, au titre de l’imposition de ses revenus

Ce crédit d’impôt a été abandonné depuis 2004 et remplacé par un abattement de l’ordre de 50 % du montant du dividende perçu. Ce qui rend ce nouveau régime globalement plus avantageux pour les contribuables se situant dans la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu, mais moins favorable pour les contribuables se situant dans des tranches inférieures. Quant aux sociétés, aucun abattement n’est applicable.

Toutefois, ce nouveau procédé est vraiment loin d’assurer pleinement l’équité fiscale entre les différents actionnaires individuels.

Qu’en est-il des PEA (Plan d’Epargne en Actions) ?

avoir-fiscal

 Le niveau dispositif est défavorable pour les titulaires d’un Plan d’Epargne en Actions. En effet si l’on considère que le rendement moyen des actions françaises en 2004 atteint les 3 % (hors avoir fiscal), tous les plans d’un montant supérieur à 7.660 € sont, par conséquent, perdants.

Exemple pratique : Soit un PEA de 10.000 €. Avant la réforme, le titulaire du plan pouvait escompter un dividende de 300 €, assorti d’un avoir fiscal de 150 €. Son gain net ainsi calculé est de 450 €.

Après la réforme, les 300 € de dividendes n’ouvrent droit qu’à un crédit d’impôt plafonné à 77 €. Son gain net n’est plus que de 377 euros.

La perte est plus importante encore pour les épargnants ayant cherché à optimiser les avantages consentis dans le cadre du PEA en se constituant un portefeuille de rendement. Avec une retenue de rendement de l’ordre de 5 %, tous les PEA d’un montant supérieur à 4.600 € sont, au bout du compte, pénalisés.

Pourquoi avoir supprimé l’avoir fiscal ?

Les raisons de la suppression de l’avoir fiscal par la loi de finances pour 2004 sont nombreuses. En voici les principales :

  • Favoriser l’harmonisation fiscale internationale (peu de pays européens conservent un crédit d’impôt lié aux dividendes) ; seuls les dividendes versés par les sociétés françaises bénéficiaient de l’avoir fiscal, ce qui constituait une discrimination vis-à-vis des sociétés ayant leur siège social à l’étranger
  • Mettre un terme aux transferts d’avoirs fiscaux à l’étranger (quarante conventions fiscales internationales le permettent)
  • Supprimer le précompte lié aux distributions issues de bénéfices réalisés à l’étranger, mécanisme qui pénalisait certains groupes

Quelles en étaient les modalités ?

Voici résumées en un tableau les différentes modalités de la suppression de l’avoir fiscal

 

Associés personnes physiques

Associés personnes morales appliquant le régime

mère-fille

Associés personnes morales n’appliquant pas le régime

mère-fille

 

Utilisation normale des avoirs fiscaux perçus au titre des distributions mises en paiement en 2004

 

La quote-part de frais et charges de 5 % se calcule sur le montant des dividendes avoir fiscal inclus (dividendes perçus au cours d’un exercice clos au plus tard le 31 décembre 2004 chez l’associé)

 

L’imputation de l’avoir fiscal sur l’impôt sur les sociétés peut intervenir si l’associé perçoit le dividende au cours d’un exercice clos au plus tard le 30 septembre 2004 (date d’exigibilité de l’IS : trois mois après la clôture)

 

Il faut aussi se référer à l’abatement fiscal dont on trouve une bonne définition dans le lexique de l’entrepreneur.

Comment solutionner la difficulté à rembourser le prêt étudiant ?

prêt étudiant

À cause de la crise sanitaire du Covid 19, la majorité des étudiants a perdu leur petit job et se trouve dans l’incapacité partielle ou totale de faire face au remboursement de leur prêt étudiant. Ils doivent alors adopter une stratégie pour honorer les échéances et ne pas tomber dans le surendettement.

La particularité d’un prêt étudiant

Accordé pour venir en aide aux étudiants des établissements d’études supérieures, âgés de 18 à 25 ans, le prêt étudiant ne se rembourse qu’après les études, quel qu’en soit leur durée, et une fois que l’étudiant trouve un emploi. Durant ses études, l’étudiant ne paie que les intérêts. Cette période est appelée période de franchise. Moyennant cependant une caution parentale ou d’un tiers, ce prêt peut être utilisé librement par l’étudiant : à financer les études, à couvrir les charges mensuelles ou à acheter des équipements divers. Ayant un taux inférieur par rapport aux prêts classiques, le prêt peut être débloqué progressivement, une fois chaque année, selon les besoins réels de l’étudiant. Les intérêts ne courent, alors, qu’après chaque déblocage des fonds, rendant un coût final du crédit moins élevé.

En chômage, quelle solution pour rembourser le prêt étudiant ?

Il arrive qu’étudiant fraîchement sorti de l’école supérieure, vous aviez du mal à trouver du travail. Ou encore, embauché depuis peu, vous vous retrouvez en chômage partiel à cause de la pandémie du Covid 19. Contexte exceptionnel ou non, vous pouvez adresser une demande, par lettre recommandée avec accusé de réception, à votre banque, pour négocier à l’amiable un délai ou un report de paiement de vos échéances. N’oubliez pas d’y joindre une copie attestée conforme de votre carte de demandeur Pôle Emploi, et/ou la preuve de votre licenciement ou du contrat annulé à cause de la crise sanitaire. Par ailleurs, vous pouvez également contracter un nouveau prêt pour racheter celui existant, accordé à taux zéro aux étudiants, avec 12 mois de différé partiel ou total.

Salaire moyen, quelle solution pour rembourser le prêt étudiant ?

Nouvel embauché, vos revenus ne sont pas ceux que vous avez attendus et vous avez du mal à payer le montant dû à l’échéance. Pour les revoir à la baisse, vous avez deux alternatives :

  • Votre prêt est modulable : alors vous pouvez demander un réajustement du taux d’intérêt initial, si le taux actuel est plus bas. Ce réajustement sera sans frais supplémentaire.
  • Votre prêt est non modulable : une demande de réaménagement de crédit vous permettra d’alléger votre remboursement mensuel. Toutefois, ce réaménagement ne doit pas aller au-delà dès 10 ans.

Bon à savoir :

Si avant la crise, un étudiant peut demander un report de deux mois pour rembourser son prêt, suite à la crise, ce délai est repoussé à 6 mois.

Le délai de remboursement maximum d’un prêt étudiant est de 10 ans, même si le prêt initial a été racheté. Il prend place après la période de franchise, dès le 1er remboursement effectué : soit après les études, soit quand il commence à travailler.

Financer sa première voiture avec un crédit auto

crédit auto

L’achat d’une voiture demande l’investissement d’une certaine somme d’argent. Et sauf si vous disposez déjà d’une épargne importante, il reste obligatoire de passer par une demande de crédit auto. C’est d’ailleurs le meilleur moyen le plus sûr et le plus rapide pour acquérir sa première voiture. Aujourd’hui, les banques proposent une offre de crédit spécialement conçue afin de vous aider dans vos besoins financiers dans le cadre de votre acquisition. Trouver un crédit auto n’est pas alors compliqué.

Les possibilités de prêts pour les jeunes conducteurs

Les jeunes sont généralement considérés comme des profils ayant de faibles ressources, surtout pour le financement d’une nouvelle voiture. C’est pour cela que les établissements de prêts ont spécialement pensés à eux. Actuellement, le jeune conducteur a deux possibilités de crédit bancaire :

  • Le prêt personnel étudiant

Avec ce type de prêt, le jeune aura la possibilité de rembourser la somme empruntée plus tard. On parlera à ce moment de remboursement différé. Plus concrètement, tout comme ses frais de scolarité, l’étudiant pourra également demander une certaine somme d’argent pour acheter une voiture, et qu’il remboursera un peu plus tard, lorsqu’il aura les moyens de rembourser, ou lorsqu’il entrera dans la vie professionnelle par exemple. Un prêt personnel étudiant est en général proposé à un taux d’intérêt entre 3 à 5%, et est dédié aux jeunes de 18 à 25 ans. Ce type de prêt ouvre les portes à une somme allant de 1500 à 30 000 euros.

  • L’emprunt des parents

Les jeunes qui souhaitent faire acquisition de leur première voiture ont également tendance à demander de l’aide auprès de leur parent. Certains crédits demandent d’ailleurs le cautionnement des parents, qui se portent garant du parfait remboursement du prêt. Mais dans certains cas, ce sont les parents eux-mêmes qui souscrivent à un prêt et s’occupent de toutes les paperasses liées à l’achat de la première voiture de leur enfant. En optant pour  cette alternative, le jeune pourra faire plus d’économie dans son crédit, car le taux appliqué sera moindre, avec le profil du parent qui présente moins de risques que celui du jeune.

Comment optimiser ses chances pour obtenir son crédit auto, en tant que jeune ?

Bien évidemment, certaines banques auront tendance à gonfler directement le taux lorsqu’elles ont affaire aux jeunes étudiants. Et pour les moins de 25 ans, il serait très compliqué d’obtenir un crédit auto. Afin d’optimiser votre chance, choisissez avant tout la bonne banque. Certains jeunes ont tendance à directement faire appel à la banque de leur parent pour un premier prêt. Mais il faut savoir qu’il existe d’autres entités plus ouverts à ce type de profils que d’autres. Veuillez alors comparer les offres des banques.

Si vous disposez également déjà d’un emploi stable et d’une rentrée d’argent sûre, vous aurez plus de chance d’obtenir votre crédit malgré votre jeune âge. Pour ce faire, vous pouvez retrouver les avantages le crédit auto proposé par le LCL, en cliquant ici.

Les moyens de financement d’un projet personnel

financer projet

Avez-vous rêvé de cette voiture depuis longtemps ? L’électroménager de la maison a t-il besoin d’être renouvelé ? Ou avez-vous seulement un besoin grandissant de partir loin, en vacances ? Pour pouvoir réaliser vos projets, il existe différentes solutions de financement, mais il est difficile de choisir entre les options.

Nous vous donnons des astuces pour ne plus vous perdre dans vos réflexions.

Constituer une épargne suffisante

Si l’on est rigoureux sur la constitution d’un budget à ne pas dépasser pendant une année, et si l’on fait bien attention à nos dépenses, il est facile de constituer une épargne suffisante pour réaliser nos projets personnels. Mais l’épargne est, de coutume, considérée comme une somme d’argent qui est prévue pour couvrir les éventuels imprévus. Cela permet d’anticiper ce qui pourra se passer dans le futur. Mettre de côté une somme résiduelle à la fin du mois est prévu, dans la logique, à dépasser une éventuelle baisse de revenu ou une maladie grave, par exemple. Mais, il y a aussi les personnes qui prévoient, dès le début de leur épargne, de réaliser un projet défini à l’avance. Par exemple, il y a ceux qui économisent de l’argent pendant des années pour pouvoir faire un voyage dans des pays lointains.

Contracter un emprunt

Il est tout à fait possible de demander un crédit dans les banques et établissements financiers. Les crédits à la consommation sont justement faits pour répondre à ce genre de demande. Il existe trois sortes.

Le premier est le crédit personnel, c’est un genre de crédit dit « non affecté ». C’est-à-dire, la somme empruntée est remise au client sans qu’il ait l’obligation de communiquer sur ce qu’il va en faire.

Il est idéal pour financer différents projets de moyenne et petite envergure.

Ensuite, il y a les crédits affectés. Comme son nom l’indique, il doit être précisé, ici, la destination de l’argent à emprunter. Il faudra alors définir le projet en question et en faire part à l’établissement de crédit.

Puis, il y a le crédit renouvelable qui est une somme d’argent mise à disposition du client. Il est disponible pour lui à tout moment. Le client peut décider de ne pas prendre la totalité de l’argent et n’aura à rembourser que la somme empruntée.

Allier les deux solutions de financement

Si votre épargne n’est pas suffisante au moment où vous décidez de sauter le pas, il est possible d’allier emprunt et épargne pour la réalisation de vos projets. Pour vous aider à y voir plus clair sans faire des allers et retours dans les agences bancaires, les simulateurs de crédits sont là. Ils sont faits pour calculer le montant de vos mensualités à venir. De ce fait, il vous sera plus facile de gérer votre budget, ou de faire la comparaison entre différentes offres de crédits.

Se payer des vacances de rêve grâce au prêt personnel

prêt personnel vacance

Vous voulez vous payer un voyage pour vous évader, vous ressourcer, vivre un moment de détente en famille ou en couple ? Malheureusement, avec un budget serré, votre rêve vous semble inaccessible. Mais ne soyez pas triste, le prêt personnel est conçu pour vous aider à réaliser vos projets, sans avoir de liquidités. Voici comment.

Emprunter pour s’offrir un voyage

Avec les coûts de transport (avion, taxi), l’hébergement, la restauration et les activités de vacance, la note peut très vite grimper. Mais même sans suffisamment d’épargne de côté à utiliser pour votre séjour, vous n’êtes pas forcément obligé d’y renoncer! En utilisant correctement le prêt à la consommation, et en respectant un budget précis et détaillé, vous pouvez vous offrir une vacance familiale de qualité. Cette solution de financement sur-mesure peut concrétiser votre envie d’évasion ou répondre à un besoin de trésorerie.

Définir le capital voyage

Avant de soumettre une demande de crédit, vous devez définir le montant à emprunter en fonction de votre situation personnelle et financière. En clair, évaluez votre capacité d’emprunt. Pour ce faire, faites la différence entre le total mensuel de vos revenus (salaire, aides, allocations, loyers perçus, …) et celui de vos charges (crédits en cours, factures, écolage, obligations diverses, …). Le résultat vous donne une indication de la mensualité que vous pourrez régler. Mais ne vous basez pas sur ce chiffre pour demander un crédit personnel. Considérez en même temps votre taux d’endettement, qui ne doit pas être supérieur à 33% de vos revenus.

Comparer les prêts personnels et prestations de voyage disponibles sur le marché

Pour votre voyage sans trop dépenser, obtenez les coûts les plus bas auprès du prêteur et des prestataires de voyage. Utilisez les comparateurs en ligne et essayez de négocier les meilleur prix ! Pour cela, consultez les sites web de prêt en ligne et des agences de voyage. Grâce au comparateur de crédit, vous avez l’occasion de faire varier la durée de remboursement en fonction du montant que vous voulez emprunter pour votre voyage, et de connaître les taux de prêt proposés ainsi que le coût total de votre crédit. La simulation de crédit permet d’obtenir des devis sur-mesure auprès de plusieurs organismes de crédit. A l’aide de la simulation en ligne, vous gagnerez du temps et économiserez de l’argent en contractant le crédit moins cher.

Envisager d’autres alternatives de financement pour son voyage

A part le crédit sans justificatif, vous pouvez souscrire des solutions de financement de projet suivants pour vos vacances :

•           Le prêt affecté : ce prêt couvre uniquement des dépenses spécifiques, à convenir  dans le contrat avec l’organisme de crédit.

Cette solution risque d’imposer certaines restrictions budgétaires lors de votre séjour, mais elle vous aidera à utiliser votre argent convenablement.

•             Le crédit des voyagistes : il est offert par les sociétés de voyages ou les tours opérateurs. Ce crédit inclut le prix du billet, l’hébergement, les assurances et même quelques attractions touristiques.

Déblocage de fonds rapide : les clés pour obtenir un prêt personnel

prêt personnel rapide

Le prêt personnel vous facilite l’accès au financement d’un besoin immédiat en liquidité. Il ne réclame presque aucune condition, mise à part votre solvabilité, pour permettre au prêteur d’avoir la garantie de se faire rembourser. Beaucoup d’établissements proposent ce type d’offre en ligne. C’est pourquoi il vous faut absolument surveiller divers aspects pour emprunter au taux le plus faible et notamment de façon plus avantageuse. 

Définir combien emprunter et à quel taux ?

La souscription à un crédit rapide ne demande pas vraiment une pile de dossiers à réunir. Vous n’avez pas non plus besoin d’en justifier l’affectation, surtout quand il s’agit d’un prêt personnel. Le souci réside cependant en ce que peu de banques veulent vous accorder un prêt, aussi infime que soit le montant, pour pallier un besoin urgent en trésorerie. En ligne, vous pouvez l’obtenir sans difficulté. Il suffit que vous prédéfinissiez le montant d’emprunt et que vous évaluiez votre solvabilité. Notons que le fonds disponible pour cet emprunt est plafonné à un peu plus de 70 kilos d’euros. En réalité, la plupart des e-banques n’en accordent qu’une vingtaine tout au plus.

La durée totale de remboursement en dépend. Généralement, elle s’étale de quelques mois à 5 ans. Quant au taux, il est généralement fixe, mais il peut varier selon le montant et la durée. Si vous empruntez une petite somme à très court terme, ce taux va s’élever. Dans le cas inverse, il tendra à descendre. À noter qu’un prêt personnel sans justificatif est généralement remboursable à un taux d’entre 2,5 et 10%. Il est possible que certains établissements vous fassent bénéficier d’une offre de crédit à faible taux de 1,5 à 1 %. Pour vous en assurer, n’hésitez pas à vous servir d’un comparateur d’offres en ligne !

S’assurer d’être crédible pour maximiser ses chances

Les fonds dont vous avez besoin seront débloqués, si et seulement si votre capacité d’emprunt est en accord avec les exigences du prêteur. En plus de fournir un dossier solide, il vous faut justifier d’une situation financière stable vous mettant à l’écart des risques d’endettement. Il s’agit d’une condition primordiale, quelle que soit la formule de prêt personnel que vous allez choisir. Cela présuppose aussi le fait que vous adoptiez un comportement bancaire favorable à l’octroi d’un prêt. Assurez-vous donc d’épurer vos dettes si vous en avez cumulé !

Remettez de l’ordre dans votre situation financière avant de contracter un prêt personnel sans justificatif ! Les avantages en faisant jouer le taux, le montant et la durée pour ce type de crédit sont nombreux. D’abord, vous empruntez le strict montant nécessaire pour concrétiser vos souhaits. Ensuite, vous pouvez convenir avec le prêteur de fixer l’échéance du crédit à un délai raisonnable pour alléger le taux. Le tout en sachant notamment que l’établissement vous laisse toujours libre de définir les modalités contractuelles à votre convenance.